attrait


attrait

attrait [ atrɛ ] n. m.
atret 1175 « action d'attirer; entraînement (des passions, de la vocation) »; de l'a. fr. attraire « attirer », lat. trahere traire
1Qualité de ce qui attire agréablement, charme, séduit. agrément, 2. charme, fascination, séduction, tentation. L'attrait de l'aventure, de la nouveauté. « L'on remarquait sur son visage je ne sais quoi de vertueux et de passionné dont l'attrait était irrésistible » (Chateaubriand). « L'attrait du danger est au fond de toutes les grandes passions » (France). La solitude a pour elle beaucoup d'attrait.
2Au plur. Aspect plaisant, qui attire. La campagne a bien des attraits.
3Au plur.; Vx ou littér. Les attraits d'une femme : les beautés qui en elle attirent. ⇒ agrément, appas, beauté, 2. charme, grâce; sex-appeal. « De grâces et d'attraits je vois qu'elle est pourvue » (Molière) . Les femmes « reçoivent des hommes, sans broncher, des compliments sur les attraits précis de leur corps » (Colette).
4Fait d'être attiré, de se sentir attiré. attirance, attraction, goût, inclination, penchant. « il éprouvait un attrait romantique pour le malheur » (Lacretelle).
⊗ CONTR. Répulsion; dégoût, éloignement.

attrait nom masculin (participe passé de l'ancien verbe attraire, attirer) Qualité par laquelle quelque chose ou quelqu'un plaît et attire, apparaît comme une promesse de plaisir ou d'agrément : Attrait de l'inconnu, de l'aventure. Une femme pleine de charme et d'attrait. Sentiment qui pousse quelqu'un vers quelqu'un, vers quelque chose ; penchant, inclination : Avoir un grand attrait pour la vie active.attrait (synonymes) nom masculin (participe passé de l'ancien verbe attraire, attirer) Qualité par laquelle quelque chose ou quelqu'un plaît et attire, apparaît...
Synonymes :
- séduction
Contraires :
- dégoût
- éloignement
- répulsion
Sentiment qui pousse quelqu'un vers quelqu'un, vers quelque chose ; penchant, inclination
Synonymes :
- goût
Contraires :
- dégoût
- éloignement
- répulsion

attrait
n. m.
d1./d Ce qui attire. L'attrait de la gloire. Un projet qui manque d'attrait.
|| (Plur.) Charmes d'une femme. Coquette qui déploie tous ses attraits.
d2./d éprouver de l'attrait, se sentir de l'attrait pour...: éprouver un certain goût, une inclination pour...

⇒ATTRAIT, subst. masc.
A.— Emploi actif
1. Vx. Action d'attirer à soi (au figuré) :
1. Anne était près de lui, debout, l'attendant, laissant voir par un certain attrait où s'exprimait cette attente, que c'était elle qu'Augustin devait conduire.
MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 66.
THÉOL. Action par laquelle Dieu révèle aux âmes leur vocation, les attire à lui :
2. Maintenant si vous considérez que Dieu même ne sauroit forcer la volonté, puisqu'une volonté forcée est une contradiction dans les termes, vous sentirez que la volonté ne peut être agitée et conduite que par l'attrait (mot admirable que tous les philosophes ensemble n'auroient su inventer). Or, l'attrait ne peut avoir d'autre effet sur la volonté que celui d'en augmenter l'énergie en la faisant vouloir davantage, de manière que l'attrait ne sauroit pas plus nuire à la liberté ou à la volonté que l'enseignement, de quelque ordre qu'on le suppose, ne sauroit nuire à l'entendement.
J. DE MAISTRE, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, t. 1, 1821, p. 471.
2. P. méton. Ce par quoi (une personne ou une chose) attire agréablement, ce qui est attirant en elle. Synon. charme, séduction.
a) [En parlant d'une pers., de son corps, de ses qualités, etc.] :
3. L'impression du génie s'oublie; l'impression de l'attrait est impérissable. La beauté a un éclair qui foudroie. Celle de Madame Récamier n'était si puissante et si achevée que parce qu'elle était l'enveloppe modelée sur son intelligence et sur son âme. Ce n'était pas son visage seulement qui était beau, c'était elle qui était belle.
LAMARTINE, Les Confidences, 1849, p. 303.
En partic., au plur., vieilli et littér. Agréments physiques ou moraux d'une femme qui exercent une séduction sur l'homme :
4. Je sais qu'on ne voit point d'attraits plus désirés
Qu'un visage arrondi, de longs cheveux dorés,
Dans une bouche étroite un double rang d'ivoire
Et sur de beaux yeux bleus une paupière noire.
CHÉNIER, Bucoliques, 1794, p. 100.
5. ... vous êtes belle, Madame, d'une de ces beautés puissantes qui égarent l'imagination; vous portez en vous un de ces attraits inexplicables qui font que les hommes se couchent à vos pieds comme des esclaves; vous êtes une de ces femmes pour qui il me semble qu'on doit pouvoir perdre sa vie, plus encore son honneur et sa réputation.
SOULIÉ, Les Mémoires du diable, t. 2, 1837, p. 336.
SYNT. Attraits enchanteurs; chastes attraits.
THÉOL. vieilli et rare (en matière de spiritualité). Les attraits de la grâce. Les douceurs intérieures que la grâce fait éprouver à l'âme.
Rem. Attesté ds la plupart des dict. gén. du XIXe siècle.
b) [En parlant de choses] :
6. Dan Yack subissait l'emprise de l'Antarctique, son attrait inhumain, sa grandeur; il chérissait sa solitude et, surtout, ces longues nuits d'hiver interminables où il pouvait déraisonner...
CENDRARS, Les Confessions de Dan Yack, 1929, p. 169.
B.— Emploi passif. Fait d'être attiré, de se sentir attiré vers... Synon. penchant, inclination, goût prononcé pour... Avoir, éprouver de l'attrait pour... un attrait vers... :
7. Le faux infini de Baudelaire.
Il est attiré, tourmenté par l'infini, par un faux infini.
Que veut dire l'attrait vers l'infini?
BARRÈS, Mes cahiers, t. 12, 1919-20, p. 295.
SYNT. a) Attrait divin, impossible, inconnu, invincible, irrésistible, mystérieux, naturel, nouveau, physique, puissant, sexuel, vif; grand, invincible, irrésistible, mystérieux, principal, puissant, seul, vif attrait; attrait de curiosité, de l'exemple, du mystère, de la nouveauté, du plaisir, du (des) sexe(s). b) Avoir de l'attrait (des attraits), céder à l'-, éprouver de l'-, être sans attrait(s), offrir de l' (des) attrait(s), résister à l'-, subir l'attrait.
PRONONC. :[]. Enq. :/, D/.
ÉTYMOL. ET HIST. — Ca 1175 (CHR. DE TROYES, Chevalier Lion, 2456 ds GDF. Compl. : Il sanble que d'amors veignent li atret, Et li sanblant qu'ele lor fet).
Déverbal de attraire (fig.).
STAT. — Fréq. abs. littér. :1 508. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 725, b) 1 817, XXe s. : a) 1 526, b) 2 195.
BBG. — BASTIN 1970. — BAUDR. Pêches 1827. — BRUANT 1901. — CHESN. 1857. — DUCH. Beauté 1960, pp. 70-71; 73-75. — Gramm. t. 1 1789. — LACR. 1963.

attrait [atʀɛ] n. m.
ÉTYM. V. 1175, atret; p. p. subst. de attraire.
———
I Vx. Action d'attirer. Appel, attraction, direction, entraînement.Théol. Action par laquelle Dieu attire les âmes vers lui, leur révèle leur vocation. || L'attrait de Dieu.
1 Il faut être sous la main de Dieu, et se laisser manier conformément à son attrait (…)
Bossuet, Lettre à M. Cornuau, 13 oct. 1693.
2 Il n'y a jamais qu'un bon attrait pour chaque âme, qui est de suivre celui que Dieu donne (…) Les voies de Dieu sont infinies (…)
Bossuet, Lettres, 29 mars 1695.
L'attrait de la vocation, qu'exerce la vocation.
3 Combien d'âmes appelées sont infidèles à l'attrait de leur vocation !
Massillon, Prof., 1, in Littré.
———
II Mod.
1 Littér. Caractère, qualité qui attire (en qqch.), est de nature à plaire. Agrément, allèchement (rare), attirance, attraction, charme, enchantement, fascination, invitation, invite, séduction, tentation. || L'attrait du plaisir. || L'attrait des plaisirs sensuels. Concupiscence. || L'attrait charnel (→ 1. Physique, cit. 6). || L'attrait de l'aventure, du danger, de la difficulté. || L'attrait de la nouveauté. Ragoût (vx). || L'attrait de la gloire, du merveilleux. Mirage, prestige. || Éprouver, ressentir, subir l'attrait d'un lieu. || Éprouver un attrait extraordinaire pour la montagne (cit. 10). || Un puissant attrait.L'attrait de qqch. pour qqn (→ ci-dessous, cit. 9).Vx. || Un, des attraits (→ ci-dessous, cit. 5, 6, 7 et 10.1). || Avoir des attraits pour qqn (→ ci-dessous, cit. 4).
4 Quels attraits penses-tu qu'ait pour nous la couronne ?
Corneille, Rodogune, II, 4.
5 De l'aimable vertu doux et puissants attraits !
Racine, Esther, II, 7.
6 Les attraits enchanteurs de la prospérité.
La Fontaine, Élégie aux nymphes de Vaux, I.
7 Par lui, l'erreur, toujours finement apprêtée,
Sortant pleine d'attraits de sa bouche empestée (…)
Boileau, Satires, XII.
8 Elle était régulièrement belle; l'on remarquait sur son visage je ne sais quoi de vertueux et de passionné dont l'attrait était irrésistible.
Chateaubriand, Atala, p. 23.
9 L'arène de la guerre a pour nous tant d'attrait.
Hugo, Odes, III, 7.
10 Combien la solitude a d'attraits pour le poète.
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, p. 15.
10.1 Elles n'attirent point; elles fascinent par une certaine majesté d'impudeur, par des attraits de force, de volonté, de hardiesse.
Ed. et J. de Goncourt, la Femme au XVIIIe siècle, t. II, p. 40.
11 L'attrait du danger est au fond de toutes les grandes passions.
France, le Jardin d'Épicure, p. 18.
12 Elle (Thérèse) garda quelque temps une immobilité profonde qui ajoutait à l'attrait de sa chair le charme des choses que l'art a créées.
France, le Lys rouge, I, 18.
13 Pour un peu, je ne consentirais à voir dans ses poursuites qu'un sport dont la difficulté surtout fait l'attrait.
Gide, Journal, 1905, Lundi.
14 Un aveugle imaginerait plus facilement les couleurs, qu'un insensible le mystérieux attrait émanant de l'aspect d'un corps.
Gide, Journal, 28 août 1921.
15 La mer fascinera toujours ceux chez qui le dégoût de la vie et l'attrait du mystère ont devancé les premiers chagrins.
Proust, les Plaisirs et les Jours, p. 235.
2 Spécialt. Au plur. (Mot proposé pour rendre l'angl. amenities). Facteurs qui concourent à rendre agréable l'habitation, le cadre de vie. Agrément.
3 Plur. Vx ou littér. || Les attraits d'une femme, les beautés qui en elle attirent. Agrément, appât (II. : appas, et cit. 13), beauté, charme, grâce, trésor. || Les trompeurs attraits d'une sirène.
16 Sévigné de qui les attraits
Servent aux Grâces de modèle,
Et qui naquîtes toute belle,
À votre indifférence près (…)
La Fontaine, Fables, IV, 1.
17 L'une fait fuir les gens, et l'autre a mille attraits.
La Fontaine, Fables, VI, 21.
18 Mon peu d'appas n'a rien qui vous engage.
D'où me vient-il ? Je m'en rapporte à vous.
N'est-il pas vrai que naguère, entre nous,
À mes attraits chacun rendait hommage ?
La Fontaine, Contes, III, 6.
19 Elle brillait de mille attraits, et ce n'était qu'agrément et que charmes que toute sa personne.
Molière, les Fourberies de Scapin, I, 2.
20 De grâces et d'attraits je vois qu'elle est pourvue.
Molière, le Misanthrope, II, 4.
21 Il lui restait ce qui ne périt point avec les attraits, un esprit très agréable.
Rousseau, les Confessions, IV.
22 Attraits, Appas, Charmes (dans une femme). Ces trois mots expriment les beautés qui dans une femme saisissent les yeux et les captivent. Les attraits, c'est ce qui attire; les appas, c'est ce qui amorce; les charmes, c'est ce qui exerce une sorte d'enchantement.
Littré, Dict., art. Attrait.
4 Fait d'être attiré, de se sentir attiré vers qqn ou vers qqch. Attirance, attraction, goût, inclination, penchant, sympathie. || Éprouver, ressentir, se sentir de l'attrait, un attrait instinctif, un vif attrait pour…
23 Vous ne connaissez pas l'attrait qui vous engage.
La Fontaine, Fables, X, 9, 29.
24 (…) il éprouvait un attrait romantique pour le malheur.
Jacques de Lacretelle, le Retour de Silberman, p. 53.
CONTR. Dégoût, éloignement, répulsion.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • attrait — attrait, aite 1. (a trè, trè t) part. passé. Attiré. Attrait par les promesses qu on lui faisait. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE 1. ATTRAIT. Ajoutez. 2°   Terme de procédure. Attiré. •   Actor sequitur forum rei, c est à dire que le défendeur ne peut …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • attrait — ATTRAIT. s. m. Ce qui attire agréablement. La beauté est un puissant attrait. L attrait de la gloire, des richesses. Cet emploi, cette charge, cette maison a de grands attraits pour vous. Je me suis laissé prendre aux attraits de cette femme. Je… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Attrait — (fr., spr. Atträh), 1) Reiz; 2) Hang, Neigung …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Attrait — (frz. atträ), Reiz, Lockung …   Herders Conversations-Lexikon

  • attrait — Attrait, ou Attrayement, Illectus, huius illectus, Lenocinium, Allectatio, Illicium …   Thresor de la langue françoyse

  • ATTRAIT — s. m. Ce qui attire agréablement ; ou L inclination, le goût que l on a pour quelque chose d agréable. La beauté est un puissant attrait. L attrait de la gloire, des richesses. Les attraits de la volupté. Cette dignité, cet emploi, cette maison a …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ATTRAIT — n. m. Ce qui attire agréablement; ou Inclination, goût que l’on a pour quelque chose d’agréable. La beauté est un puissant attrait. L’attrait de la gloire, des richesses. Les attraits de la volupté. Cette dignité, cet emploi, cette maison a de… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • attrait — I. Attrait, [attr]aite. part. II. Attrait. s. m. v. Ce qui attire par quelque chose d agreable, de flateur, ce qui se fait aimer, souhaiter, desirer. C est un puissant attrait que le favorable accuëil du Prince. cet employ, cette charge, cette… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Attrait — At|trait [a trɛ:] der; s, s <aus gleichbed. fr. attrait> (veraltet) Anziehung, Reiz …   Das große Fremdwörterbuch

  • attrait — nm., attirance ; envie : atrè (Albanais), atré (Saxel.002). A1) attrait, charme d une femme : éman nm. (Saxel) …   Dictionnaire Français-Savoyard


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.